dimanche 31 décembre 2017

En route vers 2018




2018 C’est demain
Chaque année est tissée de sourires et de larmes, d’espoir et de doute, de joies et de colères. Les forces se confrontent et, pourtant, se conjuguent. Faut-il désespérer face à ce mal qui ronge la planète et ignorer toute la générosité qui tente d’y faire obstacle? Vous le savez, je suis une optimiste. Je vois la douleur. Je m’y déchire. Mais je vois aussi que la beauté du monde subsiste et habite la majorité des êtres. Surtout en vous, mes amis, mes amies, surtout en vous qui m’êtes précieux chacun à votre façon. Que l’année 2018 puisse vous en convaincre. Mon vœu est que vous soyez ce que vous êtes, car, en chacun de vous je vois ce qui me permet de croire que la vie survivre. Je ne ferme pas les yeux sur la certitude que j’ai de chacun de vous qui êtes dans ma vie parce que je choisis que vous y soyez. Je vous choisis pour vos certitudes, vos enthousiasmes autant que vos révoltes et votre volonté de défendre l’avenir.

OUI, QUE 2018 SOIT UNE AUBE ET NON UN DÉCLIN.

jeudi 28 décembre 2017

Le journal L'AMI commente le programme Sports-Arts-Études



Télécharger ICI



L’Ami calme
   
  Élika ne voulait pas terminer l’année 2017 sans publier un quatrième numéro du journal L’AMI.

  Au cours de ces trois années, depuis la création de L’AMI, les passions de notre jeune rédactrice se sont multipliées. Elle doit faire des choix, ce qui ne lui plaît guère quand il s’agit de renoncer à une activité qu’elle aime. Comme elle l’exprime dans sa pensée du jour, cela risque de lui faire manquer des opportunités. Aussi, elle a choisi le compromis qui se traduit par ne rien perdre, mais mieux répartir son temps. Quoique, elle a dû suspendre ses cours de karaté. Un regret qu’elle ne pense pas supporter longtemps, mais largement compensé par la réalisation d’un rêve : accéder au programme Sports-Arts-Études afin de faire ce qu’elle aime le plus, danser.

   Le 16 décembre, elle a participé à sa première audition. Elle avait beaucoup d’espoir et je me demandais comment elle accepterait de ne pas être choisie. Elle ne l’a pas été, mais elle est revenue avec le sentiment d’avoir été au bout de ses capacités. Ajoutant avec sagesse que la prochaine fois elle ne pourrait que s’être encore améliorée. Étant la plus jeune élève du groupe, elle est consciente avoir moins d’expérience que d’autres. Et ce qu’elle comprend, c’est qu’avec le temps et la persévérance elle atteindra, elle aussi, assez d’expérience pour  figurer parmi les meilleures.

  Je la regarde comme un oisillon ouvrant ses ailes. J’ai envie de dire, surtout que personne ne les lui coupe.

***