mardi 14 février 2012

Cherche médecin désespérément


La réalité : une dame de 88 ans, mère d'une de mes amies, n'a pas pu voir son médecin de famille depuis deux ans. Ce médecin est absent depuis tout ce temps. En téléphonant au 418-690-9395, on peut entendre le message qu'il a laissé a ses patients. C'est-à dire que suite à un accident - survenu au mois de juin sans préciser l'année - il n'est pas en mesure de reprendre ses activités tant que ses propres médecins ne l'y autoriseront pas. Cela vaut la peine de l'écouter jusqu'à la fin pour mieux saisir dans quel abandon sont laissés ses patients.

Le problème de notre dame de 88 ans, c'est que PERSONNE ne peut lui trouver un médecin puisque, tant que ce médecin, bien qu'absent, demeure « en pratique » elle est considérée comme n'étant pas une personne « orpheline ». Selon sa fille, les intervenants (infirmières, clsc, assistante sociale) sensibles à ce dilemme et ont tenté vainement de le résoudre.

Elle ajoute que même au service de guichet unique de l'hôpital, impossible de l'inscrire sur la liste d'attente des personnes cherchant médecin désespérément  (éventuellement avant de mourir vu son âge dois-je présumer) puisqu'elle est considérée avoir un médecin traitant à son service. Sur le document d'inscription vous devez donnez une des trois raisons pour laquelle vous voulez vous inscrire, soit : 
1. sans médecin de famille (officiellement elle en a un)
2. départ de mon médecin (Il n'est pas parti, il est absent depuis plus de deux ans)
3. nouvellement déménagé sur le territoire.
Faut-il recourir à l'urgence? On comprend qu'il ne s'agit pas d'un cas d'urgence. (Ironiquement, on se dit qu'il faudra que son état devienne grave pour y recourir).

Mon amie demeure dans la région de Montréal. Elle est revenue (car ce n'est pas son premier retour afin de s'occuper de sa maman) pour tenter, cette semaine absolument, de résoudre ce problème. Comme elle me l'explique, ce n'est pas uniquement une question de renouvellement d'ordonnance de médicaments, car, bizarrement, le médecin traitant absent depuis deux ans, signerait les prescriptions même s'il n'a pas revu sa patiente. Sauf qu'en deux ans peut-on être certain que la médication est adéquate et que l'état de santé est inchangé, interroge sa fille. Pour établir un bilan et pouvoir aller faire faire une prise de sang, il faut le papier d'un médecin.

Mon amie est venue vers moi espérant que je pourrais l'aider via mes propres médecins. Je l'ai référée à ma clinique de médecine familiale espérant qu'elle y trouvera une oreille attentive. J'ignore si elle pourra être reçue dans la plage horaire sans rendez-vous ignorant moi-même si cela vaut pour les nouveaux patients.

Certains symptômes qu'éprouve sa mère inquiètent fortement mon amie qui ne sait plus quoi faire. Assez pour qu'elle veuille secouer le système. « J'irai jusqu'à J. E. », déclare-t-elle l'humeur guerrière.

Moi-même devant son désarroi, et contre mes principes, j'ai osé lui demander pourquoi elle ne tentait pas sa chance en clinique privée. Eh! bien au privé, les médecins non plus ne sont pas disponibles. Aucune garantie d'avoir un rendez-vous ni le jour même, ni la semaine de votre requête. N'est-ce pas beau ça?

Dr Yves Bolduc, ministre de la santé

Donc, quand votre médecin de famille n'a pas les capacités de vous prodiguer ses soins depuis plusieurs années, mais qu'il garde votre dossier dans ses tiroirs et conserve sa ligne téléphonique, vous vous retrouvez dans un cul-de-sac.

Que faire pour aider mon amie?

Tous journalistes désireux de dénoncer cette situation peut communiquer avec elle m'a-t-elle assuré. Communiquez avec moi, je  vous transmettrai son numéro de téléphone

***

1 commentaire: