dimanche 8 mars 2009

Ce 8 mars 2009, Rita...

Rita Turbide 1921-2009
Photo prise le Jour de l'An 2008
à la Maison heureuse



À Chicoutimi, à 8h ce matin du 8 mars 2009, Rita est morte. Coïncidence? Ce pas définitif, elle a choisi de le franchir la Journée internationale de la femme.

Née en Acadie le 20 janvier 1922, les yeux de Rita Turbide se sont longtemps ouverts sur La Baie des Ha! Ha! Elle ne les plus jamais refermés depuis... sauf aujourd'hui, à bout de trop de douleur torturant son corps depuis des années. Je l'imagine déjà, en train de s'excuser de déranger auprès de ses amis qu'elle quitte, espérant ne pas troubler ceux qu'elle avait la certitude de retrouver, surtout Rodrigue son amour, Pauline Julien et Gérald Godin ses poètes.

Rita, portant le flambeau d'un foi indéfectible envers son Québec qu'elle a toujours défendu avec ardeur, a su être avant tout, plus que tout, l'incarnation de l'amitié. Et elle, si fidèle et constante dans ses affections, s'étonnait toujours que l'on puisse l'aimer.

Réflexe dans le chagrin, j'ai ouvert le classeur, gardien du trésor écrit de toute mes correspondances échangées depuis des années, pour relire les lettres de Rita. Pour ramener à la vie cet esprit intense que j'ai eu le privilège de connaître. Et je bascule sur ces lignes manuscrites, ces mots tracés à l'encre bleue sur un papier décoré d'oiseaux :
«Christiane, tu es pour moi non seulement une précieuse amie, mais la petite fille que j'aurais aimé avoir

Une adoption du cœur dont je mesure aujourd'hui toute la portée, maintenant que je ne la reverrai jamais plus pour lui dire : «Je t'aime Rita». Ce à quoi elle répondait : «Oh! je l'sais. J'en ai de la chance!»

Moins que moi Rita, moins que nous qui te pleurons, sachant très bien que ces larmes ne remplirons jamais le vide laissée par ton départ.

Jamais rassasiée de livres
Photo prise le Jour de l'An 2008
à la Maison heureuse
***

5 commentaires:

  1. Lison Hovington9 mars 2009 à 13 h 42

    Bon matin à vous toutes.
    J’ai beaucoup de peine et en même temps je ne peux qu’être heureuse de son choix. Quand je pense à Rita, je souris et plusieurs mots me viennent à l’esprit :
    Courage, persévérance, humour, tendresse, toutes de belles qualités pour une femme qui a su s’assumer. Et je trouve qu’elle a bien choisi sa journée pour partir. Une phrase de Victor Hugo pour terminer :

    Quand tout se fait petit, femmes vous restez grandes.

    Lison

    RépondreEffacer
  2. Quelques mots pour vous dire combien j'admirais Rita.

    Les quelques rencontres avec elle, ont fait de moi une personne plus épanouie, enrichie par ses propos.
    Que de sérénité chez cette grande dame.

    Un des espoirs de Rita était la souveraineté du Québec que nous partagions toutes les deux.
    Après Hélène Pedneault, Stanislas D'Hease...Rita. La famille souverainiste est en deuil encore une fois.

    Bon repos Rita.

    A bientôt,

    Nicole Racine

    RépondreEffacer
  3. Rita.Une grande belle dame est partie. Elle aura fait une vie
    exceptionnelle.
    C'était une fidèle lectrice qui ne manquait jamais de me téléphoner pour dire qu'elle appréciait mes écrits.
    Ton texte est magnifique sur le blogue. Vraiment bien senti. Il semble que Rita soit partie en écoutant de la musique, très sereinement. Est-ce possible de mourir en paix ?

    Yvon P

    RépondreEffacer
  4. Hélène Gaudreault13 mars 2009 à 14 h 33

    Chère Christiane,
    C'est avec grand regret que j'ai appris le décès de Rita, si grande d'âme et de sincérité. Les quelques fois que je l'ai côtoyée grâce à toi, ce fut avec beaucoup d'émotion que j'ai constaté la générosité de son cœur et la noblesse de ses valeurs.

    Elle a décidé d'imprégner la journée du 8 mars d'un souvenir impérissable pour nous toutes qui connaissions son attachement à la cause de la Femme: une grande dame veillera maintenant sur celles qui ont encore une mission à compléter ici-bas.

    Merci Christiane pour l'avoir introduite dans ma vie et Merci Rita pour l'avoir enrichie.

    Hélène

    RépondreEffacer
  5. Bonjour Maman chérie,
    J'espère que vous pouvez lire ce texte, quelque part dans le Cosmos, comme un élément d'une immense "Intelligence cosmique" dont vous faites maintenant partie, avec ceux que vous aimiez, qui vous ont suivie et qui vous ont précédée.
    Depuis que vous avez choisi la "Journée de la femme" 2009 pour décéder, je suis de plus en plus orphelin, de plus en plus seul. Louis vous a suivie en mars 2010, Richard en avril 2010 et papa à réussi à durer jusqu'en octobre 2010. Ses cendres appartiennent maintenant aux nombreuses rivières a saumon qu'il chérissait tant. Il me reste François qui est très malade; je vais le voir à chaque fois que je me rends au Saguenay et je lui téléphone souvent, comme vous me l'aviez demandé.
    J'espère encore, comme des millions de Québécois, que le Québec deviendra un pays; je souffre de savoir que ni vous, ni papa ne pourrez célébrer ce nouveau pays que vous espériez tant.
    J'ai 62 ans maintenant et comme vous le saviez, le temps passe encore plus rapidement après 60 ans... Je suis en très bonne santé, compte tenu de mon état de "personne du 3è âge"...
    Je vous embrasse de tout mon coeur, où que votre esprit si compréhensif, si tendre et si lénifiant puisse survivre.
    Paul°
    09/09/2011

    RépondreEffacer