samedi 25 avril 2015

LES CLOWNS NOIRS, 10 ANS DÉJÀ !


À ne pas manquer, ce soir. Pour réserver, cliquer ICI

Qu'y puis-je? Les Clowns noirs m'ont séduite. Un coup de foudre ressenti, il y a dix ans, qui a évolué en une affection ne craignant qu'une chose : qu'ils disparaissent.

Jamais je n'oublierai ma première entrevue avec ce quintette. Leur folie contagieuse n'avait d'égale que leur authenticité, leur volonté d'exister... si possible sans concession.

Hier soir, j'ai assisté à la Prestigieuse cérémonie des Austères d'Or, ce gala très particulier, pur Clowns Noirs. Non pas gala du n'importe quoi, mais un gala de l'importe tout. Car derrière leurs pitreries, le comique dissimule bien des grincements de dents. Ils enrobent d'un miel rieur les coups de dents qui nous font pourtant rire... jaune.

L'autodérision est une de leur grandes qualités. Se moquant d'eux-mêmes, comment leur reprocher de se moquer de nous? Nous qui n'avons bien souvent d'autre choix que de coiffer le chapeau. Car, les Clowns Noirs dénoncent. Avec raison. S'appropriant, sous le masque, le célèbre trait d'Émile Zola : J'accuse. Car, tout comme à cette époque, le mensonge, l'hypocrisie et la lâcheté sont, hélas!, encore notre réalité.

Entendre les Clowns Noirs, serait-ce de savoir encore vivante notre capacité de ne pas se soumettre?


Les trophées des Austérités d'or


À défaut d'un trophée, qui leur a échappé à la dernière minute, entre les mains talentueuses de leur complice de longue date,  j'ai rassemblé quelques uns de mes écrits les concernant. Qu'Orage sur Océan soit la mer où naviguent le souvenir de ces dix années ponctuées des Clowns Noirs.
 
2011 – Mon article dans Zone occupée


Inclusion/exclusion
Les Clowns Noirs

Les Clowns Noirs, c’est l’improbable devenu l’incontournable. Ils sont au théâtre comme un nordet vivifiant fouettant l’indolence citoyenne qui retrouve une voix tonitruante pour clamer sa révolte. C’est bien là le coup de maître des Clowns Noirs : réaffirmer la vocation pamphlétaire du théâtre, armer les mots d’humour cinglant. Tant et si bien que les rires favorisent l’inclusion du public dans ce tir répété contre l’exclusion des artistes de la pensée politique.

Peut-on vivre du théâtre en région? Auraient-ils voulu trouver une réponse à cette question en surgissant du Faux Coffre l’année 2005, les cinq comédiens ne pouvaient mieux nous confronter à la vraie question : peut-on vivre sans théâtre en région?

Certes non, réplique-t-on dans un cri unanime. Et pourtant, rétorquent à leur façon Trac, Diogène, Grossomodo, Contrecœur et Piedestal, ce sont les comédiens qui en paient le prix.

Dès leur toute première production, La Farce de maître Pierre Patelin, le caractère unique et authentique du Théâtre du Faux Coffre s’est campé sur la scène régionale. Leur parodie de ce grand classique repose sur un jeu de scène où le talent n’exclut pas l’irrévérence, où le propos mordant s’allie à l’humour pour décrire la précarité des praticiens de l’art et la surdité, voire la vindicte de l’anti culture manifeste d’une certaine opinion publique qu’il surnomme dans leurs pièces « la brigade anti-culture ».

Si leur esprit vit et vibre du théâtre, les comédiens en région acceptent d’en survivre seulement. Les Clowns Noirs n’en font pas pour autant l’essentiel de leurs propos, plongeant plutôt, et sans retenue, dans une réalité socio-politique-culturelle qui nous concerne tous. Théâtre miroir, le Faux-Coffre reflète les vérités pas bonnes à dire. Théâtre engagé, oh! combien!, dont la force réside dans une haute voltige ludique où cohabitent avec bonheur l’esprit de répartie et le burlesque, l’humour noir et la pirouette hilarante.

Leur succès tient à la forte personnalité des personnages. Chaque clown endosse des caractères bien définis, caricatures amusantes et si drôles qu’elles autorisent des libertés là où d’autres seraient taxés d’excès. Diogène (Martin Giguère), l’intellectuel de service; Trac (Patrice Leblanc), preux chevalier brandissant son bâton toujours prêt à pourfendre les ennemis du bien; Piedestal (Pascal Rioux) le souffre douleur de ses acolytes, l’incarnation du mal-être absolu; Grossomodo (Pierre Tremblay) le naïf et pourtant ingénieux débrouillard; Contrecœur (Éric Laprise) l’endormi permanent, paresseux qui titille la patience des autres. Chacun joue tel un instrument de musique, quintette trouvant son harmonie dans le chaos. Cacophonie explosive sur le rapport de l’art et de son milieu, sur l’indépendance de la pensée de l’artiste et sa dépense de l’organisme culturel qui le soutient.

Si l’autodérision qu’ils pratiquent amuse, l’efficacité de leurs traits, même les plus vitrioliques, trouvent écho parmi les spectateurs : la culture touristique plutôt que la culture artistique, la pauvreté des artistes nourrissant le préjugé qu’ils ne créent qu’avec leurs tripes, l’augmentation des frais de scolarité visant à développer la surdité et l’aveuglement de la masse ou la fermeture des régions dont l’esprit rebelle dérange l’orchestration du nivellement culturel des métropoles.

Le Théâtre du Faux Coffre s’est imposé en détournant le clown souriant de son rôle d’amuseur public pour le transformer en clown noir dénonciateur de l’acculture des uns, pourfendeur de l’inculture envahissante qui en découle. Incontournables Clowns noirs… Surtout indispensables!

Christiane Laforge, 2011

 
2009 –  Le Clown noir au Masque de Fer (10 représentations)

Le Clown noir au masque de fer

Décidément, ils sont uniques. Les Clowns Noirs ne se comparent même pas à eux-mêmes. De pirouettes verbales en pirouettes physiques, ils parviennent à chevaucher un même thème sans nous lasser.

Après des années de combat contre la brigade anti-culture qui avait pour mission d’empêcher la diffusion d’œuvre théâtrale en région (La Farce de Pierre Pathelin), traversant les salles désertes sans perdre leur détermination (En attendant le Déluge), revisitant les écrits de Shakespeare pour livrer une irrésistible version de Roméo et Juliette réglant le sort à la brigade anti-culture sans craindre la prison, ils avaient finalement retracé le tout premier clown noir, alias Barabbas, dans un jeu volontairement plus près du théâtre conventionnel.

De 2005 à 2008, les cinq clowns du Théâtre du Faux coffre ont livré le rire à provision devant des salles de plus en plus fréquentées.

Le talent de ces joyeux lurons ne pouvait nous être exclusif. Chacun se devait d’explorer d’autres scènes, d’autres répertoires et d’autres espoirs. Dès lors, il leur fallait nous convaincre du sérieux de leur adieu. Mais comment les exterminer? Sinon dans un ultime éclat de rire plein de leur impétuosité comique, ingénieusement dissimulé sous un masque de fer.

Mercredi 25 novembre 2009, lors de la grande première mondiale - pourquoi jouer modeste? – de la dernière aventure des Clowns Noirs, Le Clown noir au masque de fer, je savais qu’ils bénéficiaient d’un a priori propice à l’indulgence. Car une première c’est le coup d’envoi d’une œuvre qui ne cessera de s’améliorer. L’intensité de se retrouver sur scène face au public  est souvent proportionnelle à l’angoisse ressentie sur les réactions de ce même public. J’avoue n’avoir aucune envie de me souvenir des points faibles de cette production, trop occupée que je suis à rire encore de certaines scènes qu’eux seuls peuvent se permettre.

Sans trahir leur effet, mentionnons la remise de l’épée au roi. Une réplique tout à fait inattendue mais d’une grande efficacité… Dans tous les sens (Il faudra voir pour comprendre).

Le Théâtre du Faux coffre transforme sa « pauvreté » en richesse, compensant la modestie de leurs décors, des accessoires et des costumes par une ingénieuse interaction entre les personnages et les comédiens. Ils sont les Clowns Noirs, personnages fictifs d’une mise en scène et six comédiens (avec Christian Ouellet, leur complice depuis Barabbas), sans cesse en équilibre entre le jeu théâtral et le jeu d’une camaraderie séduisant tout en déstabilisant le public. Cette particularité des Clowns Noirs leur est propre. Ce qui les rend uniques.

Qu’on ne s’y trompe pas, Le Clown noir au masque de fer est une histoire plus forte qu’elle ne paraît. La réflexion est bien présente, la critique sociale et politique atteint ses cibles et les trouvailles nombreuses exigent toute notre attention.

J’ai aimé toutes les productions du Faux coffre. Mais plus particulièrement leur Roméo et Juliette. J’en ai parlé sur ce blogue, ici. Cette dernière aventure réunit les qualités de tout ce qu’ils ont fait depuis leurs débuts. Christian Ouellet, sans être un clown noir a su parfaitement s’intégrer au groupe et, dans cette pièce, ajoute à notre plaisir par sa performance.

Les représentations ont lieu à la salle Murdock du Centre des arts de Chicoutimi, à 20h du mercredi au dimanche jusqu’au 6 décembre. Par prudence, mieux vaut réserver. Voir l’affiche plus haut.
 
2007 – Roméo et Juliette de William Shakespeare (22 représentations)

Les Clowns Noirs s’attaquent à Shakespeare

CHRISTIANE LAFORGE
claforge@lequotidien.com

CHICOUTIMI (CL) - Il faut s’attendre au mieux... les Clowns Noirs s’attaquent à l’œuvre de Shakespeare. Leur adaptation de Roméo et Juliette allie les ingrédients qui font, disent-ils, le succès du hockey : passes, violence et nourriture. «Notre Roméo,  c’est la même chose, mais en contraire : nourriture, violence et passes. » Spécialistes des salles vides, devant lesquelles ils manient les répliques avec tant de brio qu’ils peuvent convaincre trois spectateurs qu’ils sont des centaines, les Clowns Noirs incarnent le théâtre originel. Irrésistibles!

Hier matin, en conférence de presse au centre des arts et de la culture de Chicoutimi, le quintette du Théâtre du Faux-Coffre a joué une scène extraordinaire de l’anti conférence de presse. Ils pratiquent avec humour l’art subtil de ne pas répondre aux questions qui sont, de toute façon, impossibles à poser. Taquins, bruyants, remuants, jamais irrévérencieux même quand ils ironisent - «... on suit le modèle des compagnies qui reçoivent des millions en subventions et ne payent pas les comédiens » -  ils promettent un drame amoureux sanglant dans le pur style shakespearien, « Des gens s’aiment, des gens se tuent... »,  mais relevé, sans nul doute, avec l’humour épicé des Clowns Noirs auxquels ont doit la mémorable  Farce de Maître Pathelin.

«On peut s’attendre à tout et même à rien. Ce sera à la hauteur des Clowns Noirs» conclut le clown parlant.

À l’instar des deux précédentes productions du Théâtre du Faux-Coffre, Roméo et Juliette amorcera une tournée régionale, incluant le  circuit culture-éducation dans les écoles. Les projets foisonnent dans la têtes des cinq comédiens qui, sans renoncer à leur idéal, lorgnent vers une incursion possible dans un style de théâtre plus « classique ». Pas question cependant de fermer le couvercle du faux coffre, trop précieux pour sauvegarder la parole revendicatrice des Clowns Noirs. Des comédiens qui n’ont de cesse, depuis trois ans, de clamer leur adhésion indéfectible à un théâtre en région accessible à tous, à un théâtre engagé, traqué par la «brigade anti culture» dont la force de frappe  n’atteindra tout de même pas notre patrimoine commun « en détruisant la Maison Lévesque de Chicoutimi », ironisent-ils. 

Roméo et Juliette des Clowns noirs
Un grand éclat de rire

CHRISTIANE LAFORGE
claforge@lequotidien.com

CHICOUTIMI (CL) - L’esprit mordant des Clowns Noirs nous offre un grand éclat de rire. Une belle façon de terminer l’été qui leur a valu trois rappels lors de la première de Roméo et Juliette, jeudi soir, à la salle Murdock de Chicoutimi. « On peut s’attendre à tout et à rien » avaient-ils lancé en conférence de presse. Ce rien-là a beaucoup de substance!

Dilemme!

Comment raconter cette étonnante prestation théâtrale sans ruiner l’effet de surprise? Que faut-il taire alors que l’on voudrait tout souligner? Les admirateurs du Théâtre du Faux-Coffre avaient bien compris que la version clownoiresque de Roméo et Juliette de Shakespeare laisserait l’amour aux amoureux pour cibler davantage la guerre opposant deux univers antagonistes.

Rita Bella, fille du redoutable chef de la brigade anti-culture et le comédien Contrecœur, de la famille des Clowns Noirs, s’aiment éperdument. Vexé de cette mésalliance, le père de Rita Bella  veut réduire au silence les bruits expressifs de leur amour. Pour soulager l’insoutenable douleur du deuil, les Clowns Noirs crient vengeance. Sourds aux sages conseils de Diogène, ils complotent un attentat contre la tour dressée sur les ruines de l’ancienne Maison Lévesque, symbole de l’anti-culture qui n’a de cesse de contrôler toute forme d’expression artistique.

Mordre de rire

Pièce de théâtre pamphlétaire, Une histoire d’amour des Clowns Noirs Roméo et Juliette de William Shakespeare tient un feu nourri de sarcasmes, de moqueries. Les pirouettes verbales, aussi nombreuses que les pirouettes physiques, lancent des traits terriblement efficaces à l’égard d’une politique culturelle  qui n’inquiète pas seulement nos amis comédiens.

Leur parodie de l’oraison « subventionnons la culture » en guise d’ora pro nobis en est un bel exemple. Ne mentionnons que cette allusion  : « Pour les parents qui ont des enfants artistes, subventionnons la culture » , allusion rapide au coût exigé pour pallier à l’absence de cette formation dans nos écoles.

Avant de s’attaquer aux autres, les clowns s’attaquent d’abord à eux-mêmes. Ainsi, dès le début, recréant l’ambiance d’un salon mortuaire, ils font l’éloge funèbre de l’un d’eux disant: « Trac, le fait que l’on ne retrouve pas ton corps prouve ton manque de présence sur scène. »

L’autodérision amuse le public qui réagit à tout. L’efficacité de leurs traits, même les plus vitrioliques, trouvent certainement écho parmi les spectateurs qui, fait rare en pleine représentation théâtrale, applaudissent à de nombreuses répliques.

Exaspérés par la brigade anti-culture, les Clowns Noirs font flèche de tout bois : la culture touristique plutôt que la culture artistique, la pauvreté des artistes nourrissant le préjugé qu’ils ne créent qu’avec leurs tripes, l’augmentation des frais de scolarité comme moyen de développer la surdité et l’aveuglement de la masse, la fermeture des régions dont l’esprit rebelle dérange l’orchestration du nivellement culturel des métropoles.

Parmi les blessures éprouvées par ces comédiens, il y a la destruction de la maison patrimoniale de la rue Racine « pour faire une tour qui fera de l’ombre... ajoutant plus loin, ...car mépriser les gens de haut c’est mieux. »

Le rythme

Le spectacle se déroule par tableaux successifs. Pas toujours facile de préserver le tempo avec intensité, malgré le rythme rapide entre les changements de scène. C’est le seul et très anodin point faible de cette performance le soir de première. Rien qui nous empêche de savourer les nombreuses perles lancées avec générosité: « Est-ce que vous savez chanter par hasard ? demande le distributeur de chèque. « Je ne chante pas par hasard mais par passion. », lui répondra-t-on.

La passion est le mot clé de cette troupe de théâtre. Ils faut les voir absolument. Il n’y a qu’eux pour donner de l’élégance au vol d’un vautour, une de leurs nombreuses trouvailles hilarantes.
Les Clowns Noirs font salle comble

CHICOUTIMI (CL) - On ne rit plus... les Clowns Noirs font salle comble. Leur troisième production Roméo et Juliette une histoire d’amour des Clowns Noirs se joue à guichet fermé depuis plusieurs soirs. Le nombre des spectateurs est allé crescendo dès le lendemain de la première. « On parle de 106 réservations pour un soir, explique Patrice Rioux, en plus des personnes qui n’ont pas réservé et qui sont étonnées quand il n’y a plus de place. »

Heureux comme des « fous » , les clowns annoncent des supplémentaires pour février, après les représentations de ce soir et demain, à la salle Murdock du Centre des arts de Chicoutimi. Impossible d’en ajouter dans l’immédiat, quatre des comédiens font partie de la distribution du Capitaine Fracasse. Or, cette excellente production des Têtes heureuses sera jouée au Festival Zones Théâtrales 2007,  présenté par le Théâtre français du Centre national des Arts, du 6 au 15 septembre à Ottawa.

Le Théâtre du Faux Coffre vit un bel été affirme Pascal Rioux, de plus en plus optimiste devant un calendrier de représentations qui se noircit allègrement sous la demande croissante. « Les écoles veulent nous avoir », confirme le comédien. La pièce En attendant l’dégât d’eau poursuit sa destinée en passant par Roberval le 20 novembre prochain. Roméo et Juliette reviendra en février, pendant trois semaines dans les écoles dans le cadre du programme éducation.  Les clowns joueront le jour devant les élèves et, le soir, ouvriront la salle Murdock au grand public.

2006 – En attendant l'dégât d'eau (62 représentations)

CHRISTIANE LAFORGE
claforge@lequotidien.com

CHICOUTIMI (CL) - Le Théâtre Le Faux coffre reprend les représentations de sa seconde production En attendant l'dégât d’eau. Depuis jeudi, les clowns noirs  occupent la salle Murdock du Centre de la culture de Chicoutimi où ils relatent leurs mésaventures.

Complètement fauchés et affamés, les comédiens annoncent qu’ils abandonnent le théâtre pour vivre d’autres expériences à travers le monde entier. De nouvelles professions s’offrent à eux, à moins que ce ne soit eux qui s’offrent à elles: clown sans frontières, clown de rodéo, clown de cirque, chacun subissant les conséquences d’une passion impossible à vivre parce qu’il faut d’abord penser à sa survie.

Le désir refoulé les poussera à reprendre le chemin du cœur où ils ne reculeront devant rien pour accomplir leur  unique rêve: faire du théâtre. Martin Giguère (Diogène), Éric Laprise (Contrecœur, Patrice Leblanc (Trac), Pascal Rioux (Piédestal), Pierre Tremblay (Grossomodo) ne craignent pas de provoquer le débat sur la condition des gens de théâtre. Ils jouent du théâtre bien sûr, tout en mettant en relief les déboires d’une telle passion. Ils le font avec conviction et beaucoup de talent.



Les Clowns Noirs : Diogène (Martin Giguère), Grossomodo (Pierre Tremblay), Trac (Patrice Leblanc), Piédestal (Pascal Rioux), Contrecoeur (Éric Laprise)


2005 – La Farce de Maître Pierre Pathelin 
               avec prologue et intermèdes clownesques noircis (37 représentations)

Progrès-dimanche
Arts-Télé, dimanche 26 mars 2006, p. B3

La portée sociale du théâtre
Toute la richesse d'un baluchon

Laforge, Christiane

CHICOUTIMI (CL) - Les cinq clowns du Théâtre du Faux Coffre croient à la portée sociale du théâtre. Issus du théâtre de rue, ils tiennent à en préserver le caractère à la fois ludique et engagé. Dans leur baluchon, ils transportent toute leur richesse: leur talent de comédien additionné des dons particuliers à chacun.
 
Leur nom de clown est très révélateur de la personnalité qu'ils endossent. Pascal Rioux, le dernier arrivé dans la compagnie, se prête volontiers aux taquineries de ses confrères. « Je suis la tête de turc », constate-t-il avec philosophie, mais aussi le clown Piédestal à l'affût de la moindre opportunité sonnante.

Éric Laprise, alias Contrecœur, se dit le paresseux de service, le bon vivant qui ne manque pas d'idées. L'intellectuel du groupe, l'auteur Martin Giguère, a souvent raison. Ce Diogène se glisse dans la peau d'un prétentieux que peuvent contester en chœur ses acolytes. Trac, le revendicateur attitré, est Patrice Leblanc. Porte drapeau du quintette, il crée l'équilibre entre leur idéal engagé et le côté ludique de Grossomodo, Pierre Tremblay, le fantaisiste ingénieux qui se complaît à jouer les naïfs.
 
Sans subvention, sans argent, ils rivalisent de trouvailles pour faire beaucoup avec peu. Il faut voir comment ils utilisent chaque accessoires pour créer l'illusion. Formés à l'école de l'improvisation, ils sont aussi à l'aise dans le classique que la création, chacun jonglant avec l'instantanéité en véritable saltimbanque verbal.

Aller vers le public

Les Clowns Noirs ciblent tous les publics. Dans la rue ou sur scène, dans les écoles ou les congrès, rien ne les rebute. Ils ont créé une compagnie pour faire le théâtre qu'ils aiment, sans pour autant se fermer aux ouvertures possibles au sein des distributions des autres productions. Tous sont familiers avec la plupart des compagnie de théâtre de la région. Une de leur grande préoccupation est d'ouvrir les portes dans un sens ou dans l'autre pour aller vers tout public ou l'amener à eux. Les écoles sont au centre de leur mire car ils sont de la génération des orphelins de la culture. « De toute ma vie du primaire et du secondaire je n'ai jamais été voir une pièce de théâtre », confie Pierre. Ils revendiquent en chœur une place plus grande pour les arts à l'école. 

Encore sous le choc du dernier boycott des sorties culturelles des enseignants, ce n'est pas tant la perte de revenus pour les artistes qui les affectent que la pensée de tous les enfants ainsi privés d'une formation qu'ils jugent essentielle.

« Le revenu moyen des comédiens est de 6000$ à 8000$. Le plus dramatique, c'est qu'ici (au Québec) on ne valorise pas la culture. Elle est gérée comme n'importe quelle entreprise, alors que ça ne devrait pas être comme cela. »

Ce qu'ils déplorent, c'est que les personnes qui travaillent dans le milieu de la culture, du moins celles qui occupent des fonctions clés, n'ont pas toujours une véritable formation d'artiste. Davantage gestionnaires que créateurs, ils gèrent en administrateurs plus qu'en défenseurs des arts. Ainsi peut-on citer en exemple le versement de 2,5 millions $ par le CALQ aux organismes culturels pour compenser partiellement les pertes causées par le boycott.   « Mais les artistes, individuellement, qui n'ont pas travaillé, qu'est-ce qu'ils auront? », questionnent-ils.

Jouer et créer

Jusqu'au 1er avril, le Théâtre du Faux Coffre présente la Farce de Maître Pathelin au Centre des arts et de la culture de Chicoutimi. Après quoi il se consacrera à une nouvelle production pour la saison estivale. Une vision très clownesque du 10e anniversaire du déluge. Sans compter les contrats à venir dont l'Expo science Pan Canadienne et quelques salons.

Quelle que soit la manière, leur crédo est l'importance de la culture. Au point d'y consacrer leur vie. Au risque d'être pauvre. S'il fallait leur prêter des mots, on peut dire: il vaut mieux être pauvre et heureux que riche et inculte. Il vaut mieux avoir les yeux de l'esprit ouverts que de vivre dans l'obscurité et le dénuement de l'ignorance. À les entendre, ces clowns heureux, on constate qu'ils font partie de cette fratrie du théâtre qui, par la voix de « Victor Hugo Rascón Banda », déclare: « Le théâtre est un acte de foi dans la valeur d'une vérité judicieuse dans un monde fou. C'est un acte de foi dans l'humanité, responsable de son propre destin. »

***

Autres textes sur Orage sur Océan:

http://oragesurocean.blogspot.ca/2014/03/ma-vie-en-theatrascope-de-patrice.html 

http://oragesurocean.blogspot.ca/2011/02/le-contre-cabaret-de-contrecur.html

http://oragesurocean.blogspot.com/2010/04/patrice-leblanc-rire-noir-de-trac.html

http://oragesurocean.blogspot.ca/2009/11/le-clown-noir-au-masque-de-fer.html

http://oragesurocean.blogspot.ca/2007/08/arts-samedi-18-aot-2007-p.html

Le site officiel du Théâtre du Faux Coffre : http://www.fauxcoffre.ca/index.html


 Bonne nouvelle, la grande soirée des Austères d'Or avait pour but de recueillir des fonds qui serviront à une nouvelle production du Théâtre du Faux Coffre. Encore dix ans ? Je nous le souhaite.


***



2 commentaires: